L'initiative met en danger les animaux de compagnie et d'élevage

L'initiative ne fait aucune différence entre les soins de santé généraux et la médecine vétérinaire.
Image
Die Initiative gefährdet unsere Haus- und Nutztiere

L'initiative ne fait aucune différence entre les soins de santé généraux et la médecine vétérinaire. Cela signifie que même les nouvelles thérapies pour le traitement des animaux de compagnie et d'élevage ne pourront plus être testées avant d'être utilisées. Ainsi, le chien de la famille ou la vache dans les alpages ne bénéficieraient plus de soins médicaux sûrs. Du point de vue de la médecine vétérinaire, cette interdiction serait extrêmement restrictive.

Dans le même temps, l'initiative aggraverait également la situation de nombreux animaux de laboratoire si la recherche correspondante est simplement transférée à l'étranger. Dans la plupart des autres pays, les dispositions légales relatives à l'expérimentation animale et les contrôles correspondants sont en effet bien moins stricts. En comparaison internationale, la Suisse dispose, en effet, de l'une des législations les plus strictes en matière de protection des animaux.

Les conséquences pour les soins médicaux seraient désastreuses

L'initiative met en danger les animaux de compagnie et d'élevage

La recherche et l'innovation en Suisse seraient menacées

Conséquences négatives pour l'économie et les consommateurs