Le Conseil fédéral met en garde contre les graves conséquences de l'initiative

Oliver -  Kampagnenteam
Oliver - Kampagnenteam
16 December 2021 Temps de lecture: 2 minutes
Image
Bundesrat

Lors de sa conférence de presse d'aujourd'hui sur l'initiative pour l'interdiction de l'expérimentation animale et humaine, le ministre de la santé Alain Berset a tenu des propos clairs : "En cas de oui, la Suisse serait coupée du progrès médical - et cela toucherait aussi bien les hommes que les animaux". Le Conseil fédéral s'est montré compréhensif face au fait que les expérimentations animales sont régulièrement remises en question de manière critique. Mais il a également souligné que la Confédération entreprend déjà beaucoup pour promouvoir des méthodes de recherche alternatives. "Et la Suisse dispose déjà de l'une des lois les plus strictes en matière d'expérimentation animale", a déclaré le Conseiller fédéral Alain Berset. De telles expériences ne sont autorisées que si les résultats de la recherche ne peuvent pas être obtenus par d'autres moyens et si le bénéfice pour la société justifie une contrainte pour les animaux. Les expériences sur les humains sont également très strictement réglementées dans notre pays.

"En cas de oui, la Suisse serait coupée du progrès médical - et cela toucherait aussi bien les hommes que les animaux".

Renoncer complètement à tester de nouvelles substances actives et de nouvelles thérapies serait particulièrement radical, c’est pourquoi l'initiative n'a été soutenue par personne au Parlement. Le Conseil fédéral a également souligné les dommages que causerait l’initiative au secteur de la recherche et de l’innovation : le développement de nouveaux produits médicaux en Suisse serait massivement limité par l'initiative et devrait inévitablement être transféré à l'étranger, avec des conséquences négatives pour la place économique suisse. De plus, comme le texte de l'initiative contient également une interdiction d'importation, de très nombreux médicaments étrangers ne pourraient plus être utilisés en Suisse - même si leurs principes actifs sont clairement améliorés, par exemple pour réduire les effets secondaires. En résumé : le Conseil fédéral ne voit que des inconvénients à l'initiative sur l'interdiction des expériences sur les animaux et les êtres humains et la rejette donc très clairement.

Off